C’est la même route que nous avons déjà parcourue il y a une dizaine de jours qu’il nous faut reprendre.

Tout au long pour rompre un peu la monotonie, nous apercevons au loin des « Estancia » avec leur petite guérite marquant l’entrée du chemin d’accès et qui pourrait éventuellement être un arrêt de bus

Mais la Patagonie restera toujours, pour nous le pays du vent qui couche les herbes,

peut pousser les voitures

et fait plier les arbres,

Et quand ce vent se mêle à la pluie, la température descend très vite pour flirter avec les 2 ou 3 degrés mais cela ne semble pas pas gêner ceux avec qui nous avons rendez-vous : les pingouins de Magellan

Nous n’avons pu voir qu’une petite colonie restant alors que la majorité était déjà partie avec presque un mois d’avance, (réchauffement climatique ?)

Nous serions volontiers restés des heures à les observer mais blizzard et froid dignes de la Sibérie ont eu raison de nous.

Et puis demain c’est le départ vers Ushuaia (patience Jo…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.