Un autre volcan pour cette nouvelle étape : le volcan Tenorio.

Si une silhouette de tapir est dessinée sur le panneau c’est que c’est un habitant du parc dont nous n’avons vu que les empreintes.

Le volcan aussi nous auront du mal à le voir car la randonnée dans le parc s’est déroulée, pour une bonne partie, sous la pluie.

Temps chagrin : mine chagrine…

Voilà donc le volcan

L’objectif n’était pas vraiment de voir des animaux dans le parc mais plutôt d’aller observer le Rio Celeste là où, d’après le poète, « Dieu a trempé son pinceau après avoir peint le ciel en bleu » (ce qu’on voudrait vous faire croire quand même).

Tout d’abord la cascade du Rio Celeste (hauteur 30 m) qui tombe dans un bassin de 17 m de profondeur et d’un bleu azur (même s’il pleut…)

Cette cascade sait se faire désirer car pour y accéder il y a un petit escalier de 255 marches à descendre et… à remonter

Nous continuons notre remontée vers la source (la solution) du problème

et en chemin nous découvrons un lagon bleu en pleine jungle (Laguna Azul).

Finalement voilà l’explication : 2 rivières tout à fait transparentes se rejoignent à un endroit où le PH de l’eau change provoquant l’augmentation de la taille d’un minéral nommé « aluminosilicate » qui reste en suspension et provoque une diffraction de la lumière tel un prime mais ne reflétant que le bleu à cause de la taille de ses particules.

Ouf ! le cours de chimie (issu de la traduction maladroite du panneau explicatif situé sur place : j’ai la photo pour ceux qui voudraient en traduire l’intégralité…) est terminé et il ne nous reste plus qu’à regarder.​

Après la pluie vient le beau temps (à la fin de notre balade) qui nous permet de continuer notre safari photo. Avec les classiques le lézard Jésus Christ,

le paresseux

la grenouille verte à yeux rouges que nous avons pu voir cette fois ci et avec ses oeufs

avec une de ses copines la grenouille « blue jean ». on vous laisse deviner pourquoi…

et enfin celui que nous avions toujours vu en ombre chinoise

qui nous montre enfin son vrai visage : le toucan.

Maintenant on peut aussi voir le volcan…

Avant de vous proposer la suite de notre voyage nous voulions vous montrer une petite expérience que nous avions vécu déjà à Moncton (Nouveau Brunswick, Canada) il y a une vingtaine d’année et signalée par cette petite pancarte.

Pas de cours de physique cette fois ci mais la description en temps réel de l’expérience. (N’oubliez pas de monter le son de la vidéo)

D’autres « témoignages » ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *