Au cours de notre trajet entre Québec et Orford dans les cantons de l’Est, nous nous sommes arrêtés à St Louis de Blandford où se déroulait la fête de la canneberge (cranberry) en ce début de récolte.

On croyait naïvement que les canneberges poussaient dans l’eau comme le riz (merci à la pub Ocean Spray…) mais en fait une cannebergière cela ressemble à ça

vu de plus près… on ne voit pas mieux.

Les différents champs sont séparés par des canaux remplis d’eau provenant d’immense réserves obtenues grâce aux eaux de pluie et de la fonte des neiges.

Cette eau est destinée, au moment de la récolte (fin septembre à mi-octobre), à inonder les champs.

Puis quand il est complètement sous l’eau intervient la batteuse, immense rouleau avec des pales de bois (comme les roues à aube) qui détache les fruits sans abimer les plants.

La canneberge grâce aux 4 alvéoles qu’elle renferme peut alors flotter

Poussées par le vent et aidées par de petits barrages flottants, les baies sont regroupées dans un coin et pompées vers une trémie qui sépare feuilles et fruits avant de rejeter les canneberges dans la benne d’un camion.

Elles seront ensuite transformées en jus, confitures, marmelades, sauce ou déshydratées. Un régal mais pas lorsqu’elles sont crues et fraiches.

Un commentaire

  1. Je prinds l’accint peur dire meurci peur les choclets e le can’berge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *